#CapSurMars – Revivez l’atterrissage du Rover MARS 2020 Perseverance ! [en]

Jeudi 18 février 2021, le rover Perseverance s’est posé dans le cratère Jezero, un bassin d’impact de 45 kilomètres de diamètre, qu’une rivière a rempli d’eau liquide il y a 3,5 milliards d’années. Ce site pourrait avoir préservé des traces fossiles d’une forme de vie.

Perseverance, le dernier véhicule mobile de la NASA, explore désormais cette région ancienne de Mars afin de déchiffrer son histoire géologique, caractériser son habitabilité passée et rechercher des traces d’une forme de vie. Au-delà de l’exploration in situ, le rover est conçu pour collecter des échantillons qui seront récupérés et rapportés sur Terre par deux missions conjointes des États-Unis et de l’Europe à l’horizon d’une dizaine d’années (programme MSR, Mars Sample Return). La mission de Perseverance est aussi de préparer l’exploration humaine de Mars.

Le rover Perseverance emporte sept instruments, un système de prélèvement et de conditionnement d’échantillons et le petit drone « hélicoptère » Ingenuity. La France est co-responsable de l’instrument SuperCam, une version très améliorée de l’instrument ChemCam qui opère à bord du rover Curiosity sur Mars depuis août 2012.

SuperCam est un peu le « couteau suisse » des scientifiques de la mission. Il utilise cinq techniques d’analyse différentes : une mesure de composition atomique, deux mesures moléculaires (la façon dont les atomes sont liés entre eux et l’arrangement des molécules entre elles), un imageur pour photographier les cibles qui sont analysées et enfin le tout premier microphone scientifique à atteindre la surface de Mars. Ainsi équipé, SuperCam étudie désormais à distance la chimie et la minéralogie de Mars ou la composition de son atmosphère.

Le 18 février dernier, Perseverance est arrivé sur Mars à plus de 21.000km/h et s’est posé à sa surface, en quelques minutes, à moins de 3 km/h. Cette phase critique, décrite comme les « 7 minutes de terreur » par la communauté spatiale, a été entièrement programmée et aucune intervention humaine n’a été possible (voir visuel ci-après). Ce système d’atterrissage est largement inspiré de celui de la mission MSL. Mais pour préparer les futures missions, Perseverance a embarqué de nouvelles technologies pour améliorer la précision et la sécurisation de l’atterrissage.

PNG

La NASA s’appuie sur le Caltech/JPL pour le développement de la mission Mars 2020. SuperCam est développé conjointement par le LANL (Los Alamos National Laboratory, États-Unis) et un consortium de laboratoires français, avec une contribution de l’université de Valladolid (Espagne). Le CNES est responsable, vis-à-vis de la NASA, de la contribution française à SuperCam. Le CNES, le CNRSet plusieurs universités françaises ont contribué à la construction de cet instrument, qui est opéré en alternance depuis le LANL et le centre des opérations scientifiques installé au CNES à Toulouse (FOCSE Mars 2020).

En France, de nombreux laboratoires, rattachés au CNRS et à ses partenaires, ont apporté leur expertise scientifique et contribué à la construction de SuperCam, principalement : l’IRAP (Toulouse), le LESIA (Meudon), leLAB (Bordeaux), le LATMOS (Guyancourt), l’OMP (Toulouse) et l’IAS (Orsay)1. L’ISAE-SUPAERO (Toulouse) et le CNES ont également apporté leur savoir-faire pour mettre au point cet instrument.

De nombreux partenaires industriels ont participé à la construction de SuperCam en France, en premier lieu (à l’exclusion de prestations et matériels commerciaux) : 3D+, Adveotec, AXON’Cable, CILAS, CIRETEC, COMAT, Fichou, Gerac, Hirex, MAP coatings, Matra Electronics, MecanoID, Microtec, Optoprim, Optosigma, RESA, Steel, Thalès,Winlight System.

Émission francophone en direct organisée le soir de l’atterrissage par le CNES en partenariat avec le CNRS

Revoir l’émission sur :

Dernière modification : 04/03/2021

Haut de page