Le JPL (Jet Propulsion Lab) de la NASA et le CNES poursuivent leur collaboration [en]

Le JPL (Jet Propulsion Lab) de la NASA et le CNES (Centre National d’Études Spatiales) poursuivent leur longue collaboration pour l’exploration spatiale.

L’équipe scientifique du Consulat Général de France de Los Angeles composée de Pascal Loubière, Attaché pour la Science et la Technologie, et Maëlys Renaud, Attachée adjointe, ainsi que Nicolas Maubert, Conseiller spatial auprès de l’Ambassadeur et Représentant du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) aux États-Unis, ont eu l’occasion de rencontrer le 15 janvier 2020 Leon Alkalaï, Manager du Bureau de la planification stratégique du Jet Propulsion Laboratory (JPL), Pasadena (Los Angeles County).

Cette rencontre a permis de mettre en lumière l’étroite coopération entre le CNES et le JPL, incarnant ainsi la relation historique existant entre la France et les États-unis dans le domaine spatial depuis plus de 50 ans. Des programmes emblématiques ont été menés avec succès, et d’autres sont en cours, dans les domaines de l’exploration de Mars, notamment Curiosity, Insight, Mars2020, et des Sciences de la Terre, avec des missions d’océanographie dont Topex-Poseidon, Jason-A,2,3 et SWOT.

Cette visite a également été l’occasion de rencontrer une vingtaine de scientifiques français parmi la quarantaine travaillant au sein des équipes du JPL, de discuter de la projection long-terme et stratégique du laboratoire (où travaillent environ 6000 personnes) et d’en découvrir les installations exceptionnelles :

  • le ?Space Flight Operations Facility comprenant la ?DarkRoom et les salles de contrôle du ?Deep Space Network dédiées à la surveillance et au contrôle de plus de 20 sondes du système solaire ;
  • le ?Spacecraft Assembly Facility Clean Room où se trouvait encore le Rover Mars2020 qui doit être lancé le 17 juillet 2020 au départ de Cap Canaveral, et sur lequel le CNES fournit l’instrument SuperCam. Cet instrument examinera les roches et les sols de la planète Mars avec une caméra, un laser et des spectromètres afin de rechercher des composés organiques qui pourraient être liés à une vie passée sur Mars ;
  • la salle blanche où est assemblée le futur satellite SWOT (Surface Water and Topography Ocean), conjointement développé par le CNES et la NASA, et l’entreprise Thales Alenia Space (lancement prévu fin 2021). Cette mission a pour objectifs d’effectuer la première étude mondiale des eaux de surface de la Terre, d’observer les moindres détails de la topographie de la surface des océans et de mesurer l’évolution des masses d’eau de surface terrestres au fil du temps.

Les développements permanents menés au JPL, notamment en collaboration avec la France, sont plein de promesses pour enrichir nos connaissances spatiales et terrestres.

 ? Maëlys Renaud

Dernière modification : 03/03/2020

Haut de page